Mazen Rifai

Mazen Rifai, artiste peintre figuratif

Le jour ou j’ai ouvert les yeux sur ce monde, j’ai saisis que j’avais un mémoire visuel, et que j’étais prêt à bouleverser l’ordre des choses.

Durant mes études, j’ai bénéficié d’une bourse d’étude en art plastique à l’académie de Macerata en Italie en 1974.

Cette expérience ma permit de comprendre l’importance de l’ouverture sur le monde, tout en saisissant l’importance de mon appartenance à ma mémoire.

J’ai entamé mes études aux beaux-arts à l’université Libanaise L’UN (INBA-Bey) en 1981 – en arts décoratifs, et j’ai été confié comme chef de département des arts décoratifs, et chef d’atelier entre 1987 et 1993, pour quitter l’enseignement et se consacrer à l’architecture et à la peinture.

Éluer, membre du conseil municipal de Baalbeck en 1998, et membre du comité du Festival international de Baalbeck je travaille tjs pour la conservation du patrimoine architectural des vielles demeures, et notamment la restauration de la tour Arabe aux Temples de Baalbeck, ma ville natale, état tjs ma source d’inspiration,

Mon tableau se caractérise pour sa transparence et sa luminosité, c’est de l’impressionniste Romantique.

Depuis toujours, je ne peint pas la réalité, je peins ce que je ressent, Mes tableaux sont les transformations de la réalité, (j’invente des réalités, je revis des souvenirs).

C’est vrai que je m’apprête comme figuratif, mais mon tableau porte en lui des éléments d’abstractions, c’est une consolation intime de couleur qui a’ accepte pas la figuration, et ne cherche pas à imiter la forme.

L’art ici, c’est le langage de la couleur et de la lumière mon tableau est le rapport entre la lumière et la forme, ou le souvenir de la vision porte à son renouvellement manière de laver le regard par le regard.

Le souvenir par le souvenir. Bref, je m’appartiens à cette école de peintres qui a les respects des sensations, et de la

lumière. Ou il ya la purification du trait, Baalbeck, ma ville natale, reste tjs la principale source d’inspiration de ma peinture. Depuis ma première exposition à Beyrouth en 1981, j’ai participe à me trentaine d’expositions collectives au Liban et à l’étrangles et j’ai dix exposition individuelles entre le Liban et Paris.

Mon voyage en Italie très tôt, m’a permit de comprendre l’importance de l’ouverture sur le monde, pour mes tentatives d’exprimer ce que je vivais, avec naturel et vivacité. J’en suis sorti renforce par une meilleure compréhension de ce monde et la conviction de l’importance de mon appartenance à ma mémoire. J’ai aussi compris que plus je m’ouvrais sur le monde, plus je restais attaché au premier lieu et à ma mémoire visuelle. Il est vrai que je vis au cœur de ce monde, entre mes responsabilités quotidiennes et familiales, entre les tourments de l’esprit et ses défis, ou même ses provocations des fois, mais j’habite un lieu différent, ou je me suffis à moi-même et à ma liberté individuelle, ou je respire mon oxygène et l’eau de mes souvenirs.

La décision de me retirer de la vie quotidienne et de tout ce qui l’entoure comme nuisances  sonores a toujours été mon obsession malgré toutes les distractions qui m’entourent et qui suggèrent un semblant de bonheur et d’équilibre.

Mon amour pour la vie et mon attachement à elle contraste avec cette mélancolie qui transparait dans mes yeux. Je suis une personne dévorée par l’angoisse qui se nourrit dans les profondeurs de mon enfance et par la peur du futur.

Il ne m’importe plus de prouver quelque chose, je veux simplement vivre mes rêves secrets et consacrer ce qu’il reste de mon temps à chercher les couleurs de mon enfance que je n’ai toujours pas découvertes.

 Je fais partie du comite de festival international de Baalbeck. Depuis 1998

 J’ai expose entre le Liban et à l’étrange, motamet à Paris et dans les pays Arabes.

Peut-être parce que mon enfance a marqué ma vie toute entière, je suis reste un eternel enfant, incapable d’accepter la trahison du temps à supporter les tourments de l’esprit et ses défis.

Je ne sais pas si mon enfance a marque ma vie toute entière et m’a poussé à l’enfermement. Je n’ai jamais pu comprendre les choses et le monde qui m’entoure. J’ai continuellement essayé de me moquer de ce monde pour le restructurer à nouveau.

La poésie a toujours accompagné mes travaux et cette poésie est secrète, elle respire l’autre coté des choses, la nature me parle de la réalité, mais d’une autre vérité.

Ainsi se transforme l’image en paysage qui relate les sentiments et qui reflète l’intérieur, une vue fabriquée par les sentiments et les émotions, plus que mouillée par des coloriages. Ainsi se transforme le lieu en langage et en route qui révèle les sentiments du cœur. Il est vrai que je peints avec réalisme, au travers de ce que capte mon regard, cependant derrière ce réalisme se cache un monde secret, rempli d’émotions et de sentiments, dont la composition suit la ligne du cœur et la couleur des sentiments.

Né au Liban en 1957, Mazen Rifai peint depuis plus de quarante ans.

EDUCATION :

1974 : Diplôme de Mérite à MACERATA – ITALIE.
1981 : Diplôme d’études supérieures en arts décoratifs
U.L. – INBA ( ARCHITECTURE D’INTERIEUR ).
EXPERIENCE :

1987-1990 : Restauration de la tour arabe à Baalbek.
1984 : A contribué aux études de Beyrouth “ centre ville “ avec OGER LIBAN.
1981-2015: A exécuté plusieurs projets d’arch. d’intérieur.
1990 : A fondé avec DR Maher Rifai – Architecte Urbaniste et Mr. Imad Karout-
Architecte la société “ ENGINEERS “ spécialisé en travaux de Consultations.
1981-1987 : Prof et chef de département – Ecole technique. ( Arts Décoratifs ).
1986-1989 : Prof et chef de département des Arts Décoratifs Université libanaise Beaux – Arts.(U.L)
1992-1994 : Prof et chef d’atelier – Beaux Arts (U.L.).
1993-1999 : Consultant pour la réhabilitation et de la rénovation ( C.D.R.).
1994-1995 : Consultant pour la restauration des monuments Historique(SOLIDAIRE)
1998 : Membre du conseil municipal de la ville de Baalbek.
1999 : Membre du comité internationales des festivals de Baalbek
2002-2003: Prof et chef d’atelier à (L.I.U)
2005-2006: Conservation du patrimoine architectural a Baalbeck (restauration du vieux souk)
2007 : Apparition du livre (Baalbeck en noir et blanc) avec Dar Al-Nahar-Beyrouth.
2011 : Apparition du livre Baalbeck Mazen Rifai 1981-2011 (Fine arts publishing)
2014-2015 : Confié à réhabiliter le vieux souk de Baalbeck avec le (CDR), dans le Project de (CHUD)
EXPOSITIONS COLLECTIVES :

1974-1981 : Exposition du printemps – Unesco Beyrouth.
1984 : Exposition d’art libanais – Paris.
1987-1990 : Exposition d’art contemporain libanaise “ Beit Eddine “.
Médaille de festivals de “ Beit Eddine “ 1987
1988 : Exposition des peintres libanais MUSEE NATIONALE. DAMAS.
1994 : Exposition de l’automne (Musée Sursock) – Beyrouth.

EXPOSITIONS INDIVIDUELLES :

1981 : EXP galerie “ Epreuve d’artiste “ Beyrouth (aquarelle )
1983 : EXP galerie Maison pour tous – Courbevoie (aquarelle )
1984 : EXP Rest. RIGOLETTO Ain mreissé – Beyrouth (aquarelle )
1986 : EXP “ CLUB 21 “ SUMMERLAND Beyrouth. (Huile)
1988 : EXP Hôtel PALMYRA Baalbek (Pastel)
1988 : EXP galerie “ les cimaises”Holiday BEACH – Beyrouth (Pastel)
1988 : EXP galerie “ AL MOUNTADA “ Beyrouth (aquarelle )
1991 : EXP galerie “ AL NADWA “ Beyrouth (aquarelle )
1994 : EXP galerie “ AJIAL “ Beyrouth (Mixte média)
1995 : Accrochage dans son atelier privé à Baalbek août – 1995 (aquarelle)
1996 : EXP à L’épreuve d’artiste. Beyrouth (aquarelle)
1999 : EXP en hommage aux festivals de Baalbek (aquarelle)
2003 : EXP à Beyrouth Galerie City Café – Beyrouth (Mixte média)
2007: Accrochage Baalbeck en noir et blanc (Galerie Ajial)- bey (Fusain –Lavis)
2009 : Galerie Alex Menem – Paris (aquarelle )
2010 : Galerie 6 – Beyrouth (aquarelle )
2014 : Galerie Aida Cherfan -Beyrouth DownTown (Huile )

Contact : Mazen Rifai, mazyou@hotmail.com
00961 70930390

Sites web : www.mazenrifai.com
Facebook.com/mazenrifaiart

#MazenRifai #artistepeintre

Comments are closed.