Rebecca Driffield


Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Rebecca Driffield, artiste peintre figuratif

Les premiers éveils visuels/ picturaux furent face aux reproductions d’oeuvres encadrées dans la maison de ses parents à Melbourne. Ces oeuvres de Pieter Breughel et de Toulouse-Lautrec, ainsi qu’une collection originale d’estampes Japonaises ayant appartenu à son grand-père, furent absorbées par son imaginaire, presque par osmose, et integrées à ce que Rebecca Driffield pourrait appeler son monde familier.

Elle affectionnait aussi tout particulièrement les illustrations du XIXe siècle qui ornaient ses livres d’enfant comme les dessins tragi-comiques d’Edward Lear ou encore de Tenniel pour les Aventures d’Alice; la vigueur et l’expressivité de leur trait, gravé ou à l’encre, suscita en elle une grande excitation.

Ces influences firent eclore une passion pour la narration visuelle propre aux traditions picturales
Occidentale et Asiatique, et présente également au cinéma. Le cadrage cinématographique s’attire et s’inspire énormément, particulièrement dans les films d’Orson Welles ou de Joseph Losey, d’ailleurs des évocations des grandes peintures narratives du Titien, de Véronèse, ou encore de Max Beckman.
L’approche théâtrale et chorégraphique de Pina Bausch et de Bob Wilson ont été et sont toujours une importante source d’inspiration pour Driffield en terme de composition et d’utilisation de l’espace scénique.

Une découverte plus tardive mais néanmoins décisive pour elle fut celle de la culture de la bande-dessinée, pour son intégration de texte directement au sein de l’image.

Enfin, le visage humain est le thème constant de son travail et une éternelle source d’inspiration. Elle aime explorer les nuances psychologiques d’un regard et tenter de traduire en peinture les états d’âme qui s’y expriment, les états intérieurs qui font que nos visages nous ressemblent. En cela elle a une appréciation/affinité particulère pour les portraits de Richard Avedon qui semblent nous permettre de pénétrer l’intérieur psychique de leur sujets.

Rebecca Driffield vit et travaille en France.

Rebecca Driffield
3, rue Guillaumot, 75012 Paris, France
0033 6 72 97 26 65
rebeccadriffield@free.fr
www.rebecca-driffield.com