Jean Manuel de Noronha


Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Notice: Array to string conversion in /home/galerien/www/wp-content/plugins/slimjetpack/modules/tiled-gallery/tiled-gallery.php on line 262

Jean Manuel de Noronha, photographe panoramique.

De l’invention d’une nouvelle photographie

Comme nombre de personne, Jean Manuel de Noronha a pratiqué la photographie en amateur dans les années 80’s. Cette activité a été reprise dans les années 2010 avec l’apparition des appareils numériques. Cette innovation a conduit le photographe a s’intéresser à la photo panoramique en 2012 et à découvrir en février des possibilités de réaliser des images inédites avec une nouvelle technique de prise de vue utilisant le mouvement. Cette technique a été mise au point par l’auteur. Ces photos sont intitulées « PANOROÏDES », terme qui s’expliquent de la façon suivante :

 –        PANO pour « panoramique »

–        NORO-DE pour « de Noronha »

–        OÏDE pour sinusoïde et les maladies qui déforment la perception de la réalité.

 Cette découverte pousse l’auteur à présenter ses réalisations au public lors d’un premier salon de la photographie en juin à Paris lors de la Nuit de la Photo 2012. A cette occasion il prend conscience d’être complètement à contre courant du marché de la photo qui mise tout sur le numérique intégré dans le matériel ou les outils logiciels de traitement de l’image. L’idée que la créativité du photographe puisse s’exprimer directement lors de la prise de vue sans modifications ultérieures de l’image semble avoir été oublié par cette pensée unique du tout numérique.

Pour cette raison l’auteur a décidé d’explorer les possibilités de cette nouvelle technique et de montrer au public l’étendue créative des « panoroïdes ». La réalisation de différents types de photo panoramique produite en extérieur, dans les conditions de tout un chacun, apparente la démarche de l’auteur au domaine du l’Art Urbain (Street Art ) et ce d’autant plus que le mouvement en constitue l’innovation majeure.

C’est ainsi que la Photo Panoramique de Rue ou P.P.R. a été conçu en 2013. Reposant sur 2 règles simples à savoir : utilisation d’un appareil photo dans son état d’origine de vente et ne réaliser aucun traitement de l’image ou du fichier numérique produit durant la prise de vue. A partir de cela le photographe est libre de créer et de se mesurer à d’autres avec des conditions égales de production.

 A ce jour l’auteur a répertorié des types de photo panoramique spécifiques suivants :

 Panoroïde

photo présentant des « effets » modifiant la réalité d’origine, les distorsions qui en résultent pouvant être faites à des degrés divers des plus simples aux plus compliquées, 2012

Panoramax

photo ressemblant à une photo panoramique normale mais réalisé sans trépied, en mouvement, avec évitement des angles morts et correction des déformations optiques, 2012

Travelling photo

photo ne présentant pas d’ « effets » mais réalisé comme un travelling au cinéma, la longueur du travelling variant suivant les photos de 1ml à plus de 12ml, 2012

Espaçoïde

Photo avec un maximum d’ « effets » rendant le sujet d’origine méconnaissable à la limite de l’abstraction, 2013

Panoramictoon

Photo réalisée à partir de portrait produisant une caricature photographique, 2013

Scénoïde

Photo conçue entièrement avec la complicité du personnage de sorte à produire une illusion photographique qui en réalité est une impossibilité en photographie traditionnelle. Il s’agit de jouer avec les dimensions de la réalisation de la prise de vue en 4D et celle de l’image produite en 2D, 2014.

Momentané                                              Photo réalisée en extérieur au milieu de la foule, tout les éléments pouvant bouger comme pour un photoreporter. Ici la photo est une dose de chance, de vitesse, de technique , de réactivité. Il s’agit en mode panoramique du pendant des instantanés en photo classique, 2015.

 Avec les PANOROÏDES il ne s’agit pas de mesurer la profondeur de champs, le piqué de l’image, de sélectionner la focale ou la vitesse, de zoomer ou non. L’appareil numérique étant réglé en mode panoramique les réglages sont fixés à minima par le fabricant, exemples: focale 3.5, la tolérance lumineuse est à son maximum. une seule ouverture et pas de zoom possible. Pour le piqué il faut compter en moyenne avec des fichiers de taille de 1,5 à 5 Mo en général alors qu’en photo classique plus de 10 Mo sont courant et en photo panoramique les fichiers deviennent énormes en haute définition. Donc le critère de référence est la force et la créativité de l’image qui doit s’imposer et faire oublier les autres faiblesses de l’image. Comme aucune retouche n’est effectuée et que l’on ne procède à aucun recadrage de l’image, chaque photo est un défi. Il faut maîtriser l’appareil de sorte à ce qu’il ne se bloque pas en cours de prise de vue durant le mouvement, il faut contrôler les distorsions optiques inhérentes à ces appareils. En final l’image produite doit tenir la route et avoir une force d’impact. En réalité pour arriver au stade d’être innovant, cela nécessite beaucoup de technique et de pratique.

Pour donner un accès à l’univers de l’auteur, chaque photo porte un titre que chacun est libre d’interpréter à sa manière.

Cette photo est dynamique, comme une écriture automatique, tout est visible à qui sait lire une image, il n’est pas possible de tricher. Le jeu avec le réel et l’idée que chacun s’en fait est au cœur de la démarche créative. Cela donne un coté ludique que l’observateur perçoit également.

Le photographe classique généralement prend sa photo à partir d’un point fixe dans l’espace (3D) avec ou sans trépied, alors que l’auteur évolue en 4D et que le point de vue est mobile tout au long de la prise de vue. Ici ce n’est pas l’œil seul qui produit l’image mais tout le corps qu’il faut tout mettre à l’unisson dans le mouvement pour produire l’image. Ainsi une « travelling » photo peut être réalisée suivant le sujet sur 1ml, 3ml voir 9 ml ou plus. Autre possibilité offerte dans cette approche, le photographe bouge, mais il peut en être de même des accessoires et du sujet comme dans les Scénoïdes. Comme on peut le voir c’est toute une palette de possibilités nouvelles qui s’offrent au photographe et que l’auteur se charge d’explorer.

En conséquence le photographe reste uniquement photographe, il agit comme seul meteur en scène de ses images, il ne se double pas d’une compétence infographique ou informatique. Certes il utilise les moyens modernes intégrés dans l’appareil ou pour la gestion des images, mais chaque domaine est séparé.

Pour finir il est significatif de noter que la technologie utilisée par l’auteur est sur le marché depuis plus de 3 ans et a été vendue dans ses versions successives à des millions d’exemplaires et apparemment peu de personnes semblent avoir suivit cette démarche.

L’auteur procède à contre courant et rappelle que dans notre monde économique il existe des espaces de créativité à découvrir en dehors des offres des spécialistes de l’image comme des oasis dans le désert. Ce sont ces oasis que l’auteur se charge de découvrir et de partager.

Pour finir nous pouvons préciser que ce type de photo créative est à la portée de tout un chacun car l’appareil coûte moins de 400 euros, et que l’auteur a économisé sur les coûts de formation, les logiciels et les mises à jour correspondantes ainsi que sur l’achat des livres et revues. C’est une photo de loisir tout à fait abordable et démocratique, l’argent n’étant pas un critère déterminant.

Expositions

2012

Février Invention de la méthode de prise de vue et du terme Panoroïde.

Mai. Premier dossier d’exposition refusé pour le Off du mois de la Photographie sur le Village Saint-Paul.

25 Juin : La Nuit de la Photo, Place St. Sulpice, Paris, 1ère exposition .

 

2013

Acceptation sur dossier pour le Marche de la Création, Place de la Bastille, Tous les samedis.

Juin : Admission sur dossier, Foire Internationale de la Photographie de Bièvre.

 

2014

Mai du 1er au 5 : GMAC de la Bastille.

Mai/juin : Exposition du Cercle des Artistes, admission sur dossier, au parc Floral de Vincennes.

Printemps & Eté : Marché de la Création à la Bastille.

Septembre : Vernissage Collectif Galerie No. 1, Village Suisse, Paris 15ème.

7 Octobre : Nuit de la Photographie Contemporaine, Esplanade des Invalides

Octobre, du 23 au 26, Salon Business Art, Espace Cardin, Paris. Collective sur stand de Galerie No.1.

Décembre, participation exposition collective à thème « Venise » Galerie Mona Lisa et Galerie No. 1.

 

2015       

Entrée dans l’association les Ateliers des Artistes de Belleville, participation aux Portes Ouvertes 2015.

Exposition Minimix du 15 au 22 février 2015 Galerie des AAB, Paris 20ème.

Contact :

Site WEB : denoronhapanoramic.blogspot.com

Courriel : denoronhapanoramic@gmail.com

#photopanoramique #photographe

Comments are closed.